Département de la HAUTE GARONNE (31) 
Ville de TOULOUSE

Affaire : BLEK LE RAT

PIECES JOINTES :    
   

PROCES VERBAL DE CONTRAVENTION

Le 16 février 2004 à TOULOUSE,
Vu les articles :

L.322.1 et suivants du nouveau code pénal,

NATURE DE LA CONTRAVENTION : 
Peintures dans les rues de Paris, New York... 

 
 

 

IDENTITE DU CONTREVENANT :          

Ton blaze ?
Blek le rat

Ton âge ?
Encore jeune dans la tête.

Ton crew ?
Lonesome graffitiste

Site internet ?
http://niquelavilleavantquelletenique.bleklerat.tk et cela marche vous pouvez essayer.

Ville ?
Paris

Ville d'origine ?
Paris

Où, quand, avec qui tu as commencé à peindre ?
J'ai commencé à graffiter dans le 14e arrondissemant de Paris en decembre1981.La premiere fois j'avais essayé de faire un genre de graff .Le resultat était atroce...A l'epoque j'etais etudiant en gravure et en architecture (up6) à l'ecole des beaux arts de Paris .Quand j'etais gosse j'avais fait un voyage avec mes parents en Italie à Padoue au debut des annees 60 et je me souviens tres bien avoir vu sur les murs de la ville des portraits de Mussolini faits au pochoir datant de la 2e guerre mondiale et qui n'avaient pas été effacés. J'avais dix onze ans mais je me souviens parfaitement de ce moment où j'ai demande à mon père qu'est ce que c'était là sur le mur...je ne savais pas que ce moment allait determiner ma vie .Comme quoi des trucs qui te paraissent complètement insignfiants sur le moment ont des conséquences incroyables sur le restant de ton existence. C'est ce que l'on apelle la théorie du chaos.

Des influences ?
Les Americains certainement mais aussi David Hockney le peintre Anglais du pop art, j'avais vu son film "The bigger splash" dans les années 70 et dans ce film Hockney peint le mur d'un appartement. Cela représentait un personnage grandeur nature, un copain a lui, j'avais trouvé cela génial...

Le graff a-t-il été un moyen de te forger une identité ?
Non seulement une identité mais il m'a servi de thérapie pour vivre. J'etais quelqu'un d'extrêmement timide et le fait de montrer ce que je savais faire à tout le monde m'a permis de m'affirmer, de prendre confiance en moi.

Pourrait-on dire que tes peintures sont une image de toi, une partie de toi ?
Completement à tel point que lorsque je laisse une image dans la rue j'ai l'impression de laisser une partie de moi à même le mur et ce quelque chose de moi travaille pour moi...

Quelles sont tes motivations pour peindre ? C'est pour faire passer un message ou pas ?
Les motivations changent au fil du temps elles ne sont pas les mêmes aujourd'hui qu'il y a vingt ans. Il ya vingt ans je graffitais a tout va sans direction bien définie aujourd'hui je me donne des buts, je théorise avant d'agir, je travaille beaucoup moins à l'instinct qu'avant, c'est l'âge qui veut cela certainement.

Si le graff est vraiment un plaisir personnel est ce que la reconnaissance n'est pas indispensable ?
Si bien sûr dans les annees soixante dix mon rêve était de devenir célèbre, alors j'ai utilise ce que je savais le mieux faire dessiner pour me faire connaître des autres. Avoir la sensation de ne plus être seul et anonyme dans la ville était aussi un de mes axiome de base pour intervenir dans la rue. J'ai un besoin vital peut être pas de reconnaissance mais de ne pas être un anonyme même si personne ne me connait physiquement beaucoup de gens connaissent ce que je fais et cela me suffit pout l'instant.

As-tu déjà songé à arrêter ?
Oui au debut des années 90 un tas de problemes m'etaient tombés dessus notamment un passage en correctionnelle pour détérioration de biens appartenant à autrui. J'ai mis quelques années à m'en remettre et puis en avant comme avant la vie reprend.

Tu as été le premier à graffer sur le mur de Gainsbourg ?
Oui, j'ai été le premier à graffiter le mur d'entree de sa maison et apparemment il avait aimé car le graffiti était reste plus de trois ans au même endroit.

Pour toi le graff c'est quoi ? Quelle est pour toi sa place dans notre société ?
Pour moi le graff fait partie de l'évolution de la chaîne de l'art, c'est à dire que si tu regardes l'histoire de l'art du 20e siecle tu vois que tous les mouvements s'enchaînent les uns après les autres dans une suite logique on passe par exemple du dadaisme au surrealisme et à l'abstraction, au mouvement support surface au pop art et aux situationistes des années 60 et du land art au graffiti qui est le mouvement artistique qui reflète une vrai démocratisation de l'art car non seulement tout le monde peut faire un graffiti dans la rue sans avoir à passer dans une école mais aussi tout le monde peut voir les graffiti car ils sont peints directement devant chez les gens. Plus besoin des galeries ni des musées pour apprécier la création des artistes il suffit de se promener .

Qu'est-ce que le graffiti idéal pour toi ?
Tous mes graffiti sont essentiels.

T'as déja posé dans d'autres pays ?
Oui dans de nombreux pays, bien sûr dans la ville mythique de NYC mais aussi au Maroc et pratiquement dans toute l'Europe.

Penses-tu que "le voyage forme le graffiti" ?
Quand je vais dans une ville étrangère, je ne visite pas les musées ni les galeries, je ne regarde que les murs de la ville, il n'y a que cela qui m'interesse!

Un passage à Toulouse bientôt?
Pourquoi pas? j'adore la région.

Fais tu toujours des pochoirs ?
Oui bien sûr.

Quand tu revois ce que tu faisais à tes débuts, tu en penses quoi ?
Je pense que j'étais vraiment à l'avant garde. Mais nul n'est prophète en son temps ni en son pays...

Tu penses que tu as développé ton propre style à ce jour ?
Non seulement j'ai developpé mon propre style mais ce style a fait ecole à travers le monde..

Que peut-t-on dire de ton style de peinture ?
C'est à toi de le dire.

Tu peins souvent.Tu n'a jamais peur de la répétition ou d’être à court d’idées ?
Jamais car ce que je dis en peinture je le sors de moi et je suis inépuisable.

Ta vision du graffiti a-t-elle changé depuis tes débuts ?
Certainement, car quand j'ai commencé il n'y avait pas de graffiti et la notion même de graffiti était simplement connoté aux graffiti politiques ou aux graffiti de chiottes. Personne à l'époque ne pouvait imaginer que le graffiti prendrait une telle importance en France.

Lorsque tu vois un mur blanc ou un espace vide, à quoi penses-tu ?
Pas forcement à le peindre.

Tu penses quoi du gravage, des stickerz et des collages ?
Nique la ville avant qu'elle te nique.

Un writer ou crew que tu estimes particulierement ?
O'clock qui est un grand autant dans sa demarche que dans son travail, Mambo comme peintre et graffitiste, Psychoz pour son travail et sa réflexion autour du graff et bien d'autres aussi.

Quelle est ta vision des plus jeunes ? Que penses-tu de la nouvelle vague ?
Ils ont les dents longues, mais le plus dur c'est de rester.

Les personnes qui pour toi ont bien fait avancer le mouvement graffiti en France (mis à part toi!) ?
Bando, Jone one plus ceux que j'estime un peu plus haut .

Quand peins-tu et pourquoi ?
Nuit et jour, il n'y a pas de repos pour les artistes tous les créatifs te le diront.

Que penses-tu du niveau actuel du graffiti en France ?
Je pense que nous mangeons tous dans le même restaurant mais nous ne prenons pas le même repas.

Que penses-tu de l'état d'esprit des writers en général ?
J'étais a la premiere d'un film sur les writers la semaine derniere "WRITERS" en l'occurence et je me suis bien marré avant, pendant et après la projection. Je trouve qu'ils ont pas mal d'humour et que le spectacle etait aussi bien dans la salle que sur l'écran. A part cela j'en connais quelque uns personnellement que j'aime bien et d'autres qui tiennent la couche.

En France, il y a des graffeurs qui taggent et des taggeurs qui graffent...où te situes-tu par rapport à ça ?
Je ne fais ni tags ni graffs alors c'est difficile de situer.

Tu arrives à " vivre " du graffiti ou tu as d’autres activités en parallèle ?
Les deux! ça dépend de l'année.

En tant qu'artiste quel serait ton futur idéal ?
Je ne lis pas dans le marc de café, et a chaque fois que j'ai voulu faire des projections sur l'avenir je me suis planté.

Que penses-tu du "graffiti-business" ( exposer ses toiles, constituer sa ligne de vetements...) ?
Si les mecs ont vraiment quelque chose à dire oui pourquoi pas mais si c'est juste pour faire du biz ils vont se planter vite fait.

Ton meilleur moment dans le graff ?
La premiere page du journal "Le Monde":"l'ecole de Blek le rat" de Marc Ambroise Rendu.

Un mot sur ce que tu penses sur les politiques de nettoyage ?
Ephémère.

Des projets pour bientôt ?
On ne parle pas de ses projets cela porte malheur et cela attire les jalousies.

Te sens tu affilié au mouvement hip-hop ?
J'aime énormement le mouvement Hip-Hop depuis ses debuts aux USA et en France et je m'y sens affilié dans le sens où cela est le seul mouvement contestataire vivant, les autres mouvements sont morts.

Autre chose à rajouter? Un Big Up?
Non


 
   
  Hit-Parade